Epinal a connu une baisse de sa démographie à partir de 1975, cette dernière étant pour l’essentiel liée à la crise textile qui a occasionné d’importantes pertes d’emploi dans notre bassin.

Dès que je suis devenu maire en 1997, j’ai souhaité mettre en place différents outils pour réagir face à cette situation :

- J’ai alors mis en place un nouveau Plan Local d’urbanisme prévoyant de nouvelles zones constructibles à Epinal, telles que le coteau de Laufromont qui commence à s’urbaniser, avec des constructions de petits immeubles collectifs très qualitatifs d’Epinal habitat, de l’habitat individuel ou encore le futur Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes qui a vocation à remplacer la maison de retraite Notre-Dame,

- J’ai attiré de nouveaux promoteurs, passant alors de 35 constructions de logements neufs en moyenne au début des années 2000 à plus de 135 actuellement (programmes immobiliers du port de plaisance, de Courcy…),

- j’ai mis en place un Schéma de Cohérence Territoriale, le 1er SCOT finalisé en Lorraine, dont le but est de rééquilibrer, en concertation, l’habitat entre la ville-centre qu’est Epinal et les communes périphériques.

Ainsi, grâce à cette politique active, en parallèle du phénomène de « desserrement des ménages » (nous sommes passés de 2,5 personnes par logement en moyenne à 1,7 en 2011), le nombre de logements et de foyers augmentent à Epinal (respectivement + 5,2% et +4% sur la même période) : comme en témoigne le graphique ci-dessus, on observe une stabilisation de la population d’Epinal depuis 2008.

demographie

Affiche Michel Heinrich - élections municipales mars 2014

 

Rendez-vous à venir

No events
Free business joomla templates